Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 07:58

sans antonioUne riche pharmacienne parisienne perd son mari dans d'étranges circonstances. Empoisonné par un mystérieux touriste? Puis les morceaux d'un cadavre inconnu lui son livrés chez elle. Epouvante, chantage, menaces, le commissaire San-A enquête pour délivrer la jeune veuve éplorée et ses charmantes filles de cette macabre persécution.

Nous sommes en mars et il est temps pour moi d'attaquer les divers challenges auxquels je me suis étourdiment inscrite en ce début d'année. J'ai donc mis a profit les vacances de février pour dévorer douillettement au coin du feu du radiateur mon 1er San-Antonio. Hélas, je n'ai pas pu trouver les titres émoustillants que j'avais cités ICI. Voici donc "Faites chauffer la colle", trouvé au Relais "H" de la Gare de l'Est.

Dans l'ensemble, j'ai aimé mais sans plus. Je n'en lirai pas des dizaines. L'écriture est faite d'un argot assez vieillot mais justement de ce fait réjouissant, d'expressions désuètes et gaillardes. C'est coloré, odorant, goûteux. Ce qui m'a plu dans ce style, ce sont les néologismes, souvent drôles et très intuitifs (le mot n'existe pas mais on
comprend très bien de quoi il s'agit). Pour le reste, l'histoire est bien ficelée, bien amenée. Il y a des scènes d'anthologie sorties tout droit de la tête d'un doux dingue comme la fête de village normande (à Saint-Locdu-le-Vieux) et ses concours peu orthodoxes!

Quelques bémols sérieux; trop d'histoires de fesses, qui reviennent incessamment. Ca m'a rappelé la mécanique Harlequin, sauf que c'est traité différemment! Foin de romantisme et de descriptions édulcorées, on est dans le cru, avec une bonne pincée de misogynie en prime. Au début, c'est plutôt roboratif, à la longue ça lasse... La fin est ratée. En fait, pendant tout le roman l'enquête piétine, les (morceaux de) cadavres s'amoncellent. Et soudain, San-Antonio décide que ça a assez duré. Il fait asseoir tout le monde et révèle la clé de l'énigme en deux coups de cuillère à pot, énonçant des éléments nouveaux pour le lecteur sans qu'aucun indice ait pu nous mettre sur la voie. Cet épilogue qui sort du chapeau en 3 pages laisse le lecteur en rade et m'a déçue.

En conclusion, je ne suis pas mécontente de cette expérience. Je comprends l'engouement des inconditionnels car on a là une écriture singulière et originale, un univers qui ne ressemble à aucun autre. Mais personnellement, je ne ferai jamais partie du fan club. Merci à Daniel Fattore pour cette idée qui sort des sentiers battus. Bon challenge à tous!


Faites chauffer la colle, Frédéric Dard, Editions Fleuve Noir, 2010 (1993 pour la première édition), 281 pages.
Lu dans le cadre du Challenge San Antonio 2010 : 1/2

SANA[1]

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Hèle Heldé 12/03/2010 20:53


Je n'ai jamais vraiment lu de San Antonio, mais le peu que j'ai pu parcouru ne m'a pas donné franchement envie... C'est vrai que c'est un "style" très particulier...
Merci de nous partager tout cela!
A bientôt!


didouchka 13/03/2010 22:00


Je comprends, moi non plus je n'en garderai pas un souvenir extasié, mais c'est un auteur excentrique que je voulais tester au moins une fois.


L'Ogresse 10/03/2010 09:18


On va tous avoir ce probleme, je crois !


didouchka 10/03/2010 20:33


Sans doute. Ceci dit quand je vois le nombre de requêtes Google étranges qui aboutissent sur ces pages, sans raison apparente. Comme quoi ça n'est pas forcément lié à ce que l'on écrit. Les
mystères du référencement!


liliba 10/03/2010 09:13


Je suis en ce moment en pleine lecture d'un SAN-A particulièrement cochon... je vais avoir du mal à faire un billet sur mon blog sans m'attirer tout un lectorat d'obsédés !!!


didouchka 10/03/2010 20:29


... et les décevoir profondément! :-)) c'est le risque, effectivement. Quoique lors des Harlequinades, je n'avais pas observé de montée vertigineuses des requêtes "douteuses" aboutissant sur mon
blog...


L'Ogresse 09/03/2010 21:24


Mon pere les collectionnent(il les a pratiquement tous) et les trouve assez facilement dans les vides greniers et chez les brocanteurs.


didouchka 09/03/2010 21:30


Aha, tu as une filière ! :-)) C'est vrai que je n'avais pas pensé aux livres d'occasion. Bonne idée.


L'Ogresse 09/03/2010 21:02


Merci pour ce billet, ca nous met dans l'ambiance 'San Antonio'. Je suis aussi inscrite a ce challenge et d'apres ce que je lis sur ton blog mieux vaut choisir un titre plus ancien. En 1993, il
devait commencer serieusement a se repeter.


didouchka 09/03/2010 21:21


Oui je pense que les premiers étaient d'une meilleure cuvée. Mais peut-être sont-ils plus difficiles à se procurer...


Où Sommes-Nous Donc?

  • : Le blog de didouchka
  • : Partager des bons moments de lecture et de bons petits plats, marier cuisine et littérature...
  • Contact

En passant

04/04 

 

En ce moment, je lis en anglais.

 

L'avantage, c'est qu'en langue étrangère, je lis plus lentement, donc j'en profite plus longtemps!

 

:-)

Recherche

Portrait

Affligé d'une mémoire de poisson rouge et aussi d'un bon coup de fourchette, l'auteur tente par ce blog d'atteindre un double objectif ; garder une trace de ses lectures et répondre à la question quotidienne "qu'est-ce qu'on va bien pouvoir manger ce soir?" Aucun rapport, dites-vous? Effectivement...