Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 09:20

austen.P&PDans l’Angleterre du début du XIXème siècle, le principal souci d’une jeune fille de la bonne société est  - ou tout au moins doit être - de trouver un parti convenable. Si elle ne s’en préoccupe pas elle-même, sa mère se charge d’y pourvoir. Mrs Bennet sait de quoi il s’agit, elle qui se trouve affligée de pas moins de cinq filles à marier. Si l’aînée, Jane, est une beauté reconnue, dont le charme n’a d’ailleurs pas échappé au plus avantageux gentilhomme du coin, la cadette Elisabeth promet de donner bien des soucis à sa mère. Vive, intelligente, Elisabeth souhaite avant tout se marier par inclination, une bizarrerie à cette époque. Elle n’entend pas se laisser impressionner par de riches gentlemen tels que Mr Darcy, dont l’arrogance et le mépris de classe trouveront en Elisabeth un adversaire à leur taille. Mais est-il vraiment l’homme qu’elle croit ?

 

Un roman lu au moins 20 fois (j’exagère à peine), et toujours en anglais, pour la langue si particulière de l’auteur. Un ravissement à chaque fois. Chaque lecture procure de nouvelles découvertes ; des trouvailles de style, des répliques pleines d’humour, des personnages secondaires auxquels on n’avait pas prêté suffisamment attention la première fois etc., je ne m’en lasse jamais. Combien de romans parviennent ainsi à captiver l’attention même après des relectures multiples ?

 

Le style de Jane Austen, c’est une petite musique qui vous cueille dès les premières pages. Un anglais un peu suranné, un peu vieilli, mais avec lequel on se familiarise très vite à tel point qu’on n’en perçoit même plus la singularité au bout de quelques chapitres, pour ne retenir que le rythme et l’équilibre parfait de chaque phrase.

 

Les romans de Jane Austen, ce sont aussi des histoires universelles, des personnages forts auxquels on s’identifie naturellement et ce en dépit du contexte historique pourtant si éloigné du nôtre. « The DNA of every romantic comedy » proclame la critique sur la couverture. Et c’est vrai.

 

Pour information, ce roman m’avait été offert dans le cadre du “Portrait of a Lady swap” de l’an dernier.

   

Pride and Prejudice, Jane Austen, Pocket Pinguin Classics, 2006.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Où Sommes-Nous Donc?

  • : Le blog de didouchka
  • : Partager des bons moments de lecture et de bons petits plats, marier cuisine et littérature...
  • Contact

En passant

04/04 

 

En ce moment, je lis en anglais.

 

L'avantage, c'est qu'en langue étrangère, je lis plus lentement, donc j'en profite plus longtemps!

 

:-)

Recherche

Portrait

Affligé d'une mémoire de poisson rouge et aussi d'un bon coup de fourchette, l'auteur tente par ce blog d'atteindre un double objectif ; garder une trace de ses lectures et répondre à la question quotidienne "qu'est-ce qu'on va bien pouvoir manger ce soir?" Aucun rapport, dites-vous? Effectivement...