Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mars 2010 4 11 /03 /mars /2010 08:01

maitres.glenmarkiePour les besoins de sa thèse de littérature, Mary Guthrie part à la rencontre de la famille Lockhart de Glenmarkie, une vieille famille écossaise retranchée dans son château en ruine, et qui a compté parmi ses membres un étonnant écrivain, Sir Thomas Lockhart de Glenmarkie, mort de rire en 1660 en apprenant la restauration des Stuart. Mais Mary se retrouve vite aux prises avec un mystérieux meuble à tiroirs qui contient un secret concernant Sir Thomas et dont dépend son propre salut.

Quel drôle de livre! me suis-je dit 20 fois au cours de ma lecture. Rarement lu un "truc" pareil! Ce roman m'a enchantée par son originalité, tant sur la forme que sur le fond. Les maîtres de Glenmarkie se présente comme une parodie attendrie des romans d'aventures anglais, avec les ingrédients typiques du genre; mystérieux château écossais délabré, fantômes, passages secrets, cryptes humides, tiroirs verrouillés par de secrètes combinaisons, avec à la clé un trésor fabuleux. L'hommage aux romans du XIXème se retrouve aussi dans la forme, chaque tête de chapitre démarrant par "Où l'on apprend que...", "Où il est question de...", tout simplement délicieux.
C'est également une sorte de polar historique et un bel hommage à la littérature, celle-ci étant le fil conducteur qui relie tous les personnages de ce roman touffu. On croise de drôles de libraires et de célèbres écrivains, tel Eric Blair, plus connu sous le nom de... Ah mais non, chuut, vous verrez bien.

En marge des tribulations mi-loufoques mi-tragiques des châtelains de Glenmarkie, nous suivons Ebenezer Krook, un homme à la recherche de ses origines, laquelle recherche tourne fréquemment à la divagation d'un ivrogne écossais de la plus belle espèce. Ebenezer Krook est plus souvent ivre que sobre à chacune de ses apparitions, sans parler de ses acolytes. Son périple nous mène dans tous les pubs et tripots d'Edimbourg, dans les gradins survoltés d'un stade de rugby, à la rencontre de toutes les marques de whisky produites par ce beau pays. Mais nous découvrons aussi les paysages sauvages écossais, formidablement décrits, comme le tourbillon de Corryvreckan, métaphore des bouleversements dans lesquels sont pris les personnages.

L'écriture est piquante, pleine de jolies formules caustiques à souhait. L'auteur a son propre univers, où les livres occupent la première place et sont animés d'une vie propre qui les pousse à se ballader tout seuls d'une étagère à l'autre des librairies quand ils sont insatisfaits de leur place.

La construction est complexe, l'auteur nous trimballe sans ménagement de 1660 à 1953 en passant par le XIXème siècle ou la Guerre d'Espagne, mais on ne souffre pas du voyage, tout s'emboîte dans une mécanique parfaite, c'est beau comme une horloge suisse. Rapidement, on comprend que la quête de Mary et celle d'Ebenezer sont liées, et le dénouement est à la hauteur des attentes.

En conclusion, une vraie réussite, un roman dépaysant, truculent, bizarre et drôle. Oui, tout ça à la fois.

Mais je ne peux pas terminer ce billet sans pousser un coup de gueule (plein de dignité néanmoins) contre l'éditeur. Gallimard a licencié tous ses correcteurs, c'est officiel à la lecture de ce roman; j'ai compté pas moins de 15 énormes fautes, orthographe et grammaire confondues. E
ffarant.

L'avis de Fashion qui m'avait convaincue, de Keisha, Lou, YspaddadenMaudapl... Brize, pour sa part, n'a pas vraiment apprécié.


Les maîtres de Glenmarkie, Jean-Pierre Ohl, Editions Gallimard, 2008, 361 pages.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Titine 26/03/2010 16:47


Lou, qui est fan comme tu as pu le constater, me l'a gentiment prêté, il m'attend donc dans ma PAL. Encore un avis positif, il faut vraiment que je me décide à l'ouvrir !


didouchka 29/03/2010 23:03


Moi, je récidive, je viens d'acheter l'autre roman de cet écrivain, Monsieur Dick ou le dixième livre. j'ai hâte de m'y mettre. Bonne lecture!


Leiloona 13/03/2010 22:59


Il me tente bien, même si je ne suis pas trop portée sur les romans d'aventures anglais, mais le reste me plait bien. Il devrait bientôt sortir en poche, non ? :))


didouchka 14/03/2010 15:03


Pour la sortie en poche, je ne sais pas. Ca serait bien!


keisha 12/03/2010 08:34


Le premier est tout aussi dickensien, je l'avais lu pour un prix (qu'il a remporté, yes!)
L'auteur est libraire, il ne doit pas être content des coquilles....


didouchka 13/03/2010 21:59


Dickensien, voilà qui est prometteur! :-)


Lou 11/03/2010 20:28


J'en ai parlé à la sortie quand il passait inaperçu et je hurlais partout "c'est géniaaaaaaal" :) Encore aujourd'hui un très beau souvenir de lecture, à quand un 3e roman ?!! ^^


didouchka 11/03/2010 21:14


Donc c'est un peu grâce à toi qu'il est arrivé jusqu'à moi! :-) En attendant le 3ème, je vais voir si je peux trouver le premier, Monsieur Dick et le dixième livre, il parait qu'il est
bien aussi.


Ys 11/03/2010 18:20


Pour ma part, tout m'a plu : l'ambiance, les noms, la construction, l'Ecosse... vraiment un très bon roman.


didouchka 11/03/2010 21:12


moi pareil!!:-))


Où Sommes-Nous Donc?

  • : Le blog de didouchka
  • : Partager des bons moments de lecture et de bons petits plats, marier cuisine et littérature...
  • Contact

En passant

04/04 

 

En ce moment, je lis en anglais.

 

L'avantage, c'est qu'en langue étrangère, je lis plus lentement, donc j'en profite plus longtemps!

 

:-)

Recherche

Portrait

Affligé d'une mémoire de poisson rouge et aussi d'un bon coup de fourchette, l'auteur tente par ce blog d'atteindre un double objectif ; garder une trace de ses lectures et répondre à la question quotidienne "qu'est-ce qu'on va bien pouvoir manger ce soir?" Aucun rapport, dites-vous? Effectivement...