Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 juin 2009 5 05 /06 /juin /2009 22:12

Nous sommes à Saint-Pétersbourg, en 1919. Sonia a 18 ans, n’a jamais connu son père et vit quasi-recluse avec sa mère, professeur de piano vieillissante. La révolution les a réduites à une extrême pauvreté. Pour vivre, Sonia devient l’accompagnatrice de Maria, une chanteuse lyrique à la mode. Une vie nouvelle démarre quand Maria s’exile et entame une brillante carrière en Europe. Une relation étrange se noue alors entre les deux femmes. Réceptions brillantes, tournées triomphales, Sonia assiste silencieuse et discrète à l’ascension irrésistible de Maria. Prise entre la jalousie, la fascination, et frustration, l’accompagnatrice accumule de confus désirs de vengeance contre sa maîtresse et médite une trahison.

 

A la lecture de ce roman, je ne regrette qu’une chose, qu’il soit aussi court. Un peu plus de 100 petites pages, un récit qui passe à toute vitesse. On a à peine le temps de s’installer dans l’ambiance que c’est déjà fini. Pourtant, il y a avait matière à un roman psychologique dans ce huis-clos entre l’artiste adulée et l’accompagnatrice ignorée. J’attendais aussi beaucoup sur la Russie des premiers temps de la Révolution et sur la vie des émigrés russes à Paris, que l’auteur a bien connue puisqu’elle est née en 1901 à Saint-Pétersbourg et s’est exilée en 1922 pour Berlin puis Paris. Mais tout ça n’est évoqué que par allusions. J’en aurais volontiers lu 150 pages de plus, tant l’auteur sait bien rendre les ambiances, avec une économie de mots très poétique.

 

En conclusion, une belle histoire, mais qui laisse un goût d’inachevé.

 

Nina Berberova, L’accompagnatrice, Actes Sud, 1985, 108 pg.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

S

Beau billet, ce livre me tente bien, en plus il correspond au challenge "Une année en Russie" (connaissez-vous ce challenge ?)


Répondre
D

Je l'ai vu passer sur certains blogs, mais je ne me sens pas l'âme russe en ce moment. Bonne découverte! :)


C
Un fort beau roman lu il a fort fort longempts. Je n'ai pas retrouvé la magie de L'accompagnatrice dans d'autres oeuvres d'elle que j'ai lues.
Répondre
D

c'est vrai? dommage, j'aurais bien aimé retrouver cette atmosphère si particulière.


H
Bonsoir Didouchka!

Merci de ton gentil message sur mon blog... et aussi de toutes ces lectures que tu nous partages et qui font rêver...
C'est curieux, mais ton dernier roman me rappelle un film vu il y a 3 ou 4 ans, avec Karin Viard et Agnès Jaoui (je ne sais plus le titre!): le synosis semble le même, seuls diffèrent les lieux et époques...

A bientôt de te lire!
Répondre
D

Oui, je crois que c'est le film "le rôle de sa vie" sorti en 2004, (merci Google!) qui traite d'un sujet assez proche. Je ne l'ai pa vu. Ce qui est particulièrement troublant dans ce livre,
c'est qu'on ne sait jamais vraiment ce que l'accompagnatrice pense, ou en tout cas moi je n'ai pas réussi à la percer à jour. Etonnant.


Où Sommes-Nous Donc?

  • : Le blog de didouchka
  • : Partager des bons moments de lecture et de bons petits plats, marier cuisine et littérature...
  • Contact

En passant

04/04 

 

En ce moment, je lis en anglais.

 

L'avantage, c'est qu'en langue étrangère, je lis plus lentement, donc j'en profite plus longtemps!

 

:-)

Recherche

Portrait

Affligé d'une mémoire de poisson rouge et aussi d'un bon coup de fourchette, l'auteur tente par ce blog d'atteindre un double objectif ; garder une trace de ses lectures et répondre à la question quotidienne "qu'est-ce qu'on va bien pouvoir manger ce soir?" Aucun rapport, dites-vous? Effectivement...