Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 mai 2009 6 23 /05 /mai /2009 21:28

Récit de la prise de contrôle par les nazis de l’Eglise luthérienne allemande. Cet épisode, mal connu, se déroule à la fin des années trente et nous est conté par un jeune pasteur qui l’a vécu de l’intérieur. Afin d’établir définitivement sa mainmise sur le pays, le parti nazi entreprend dès 1933 un noyautage insidieux de l’Eglise luthérienne allemande, influente et populaire qui compte des millions de fidèles. Alternant séduction et répression, le régime s’introduit peu à peu dans les mécanismes de cette église, s’attaque d'abord aux symboles puis aux individus avant de se livrer à d’impitoyables persécutions.

Face à cette offensive, l’Eglise luthérienne allemande tente une résistance désespérée, frontale, que suit une plongée progressive dans la clandestinité. De son côté le narrateur, voulant s’opposer à la mainmise du régime, voit ses proches décimés avant d’échapper in extremis à la déportation, qui sera le destin de plusieurs milliers de pasteurs allemands.

 

Ce texte restitue avec clairvoyance l’état d’esprit des allemands dans les années trente. Une économie en déroute, des élites ruinées, des institutions républicaines décrédibilisées, une société grise qui oscille entre nostalgie et rejet du passé impérial. A travers des personnages d’aristocrates déclassés, d’étudiants misérables, d’anciens combattants amers, l’auteur dépeint avec justesse une population fragile et perméable à un discours démagogique.

 

Dans son rythme et sa construction, ce livre m’a rappelé « La ferme des animaux » de George Orwell. Sournoisement, l’ennemi avance et s’enracine, dissimulé au début sous des dehors bienveillants, et laissant ensuite entrevoir son véritable visage au fur et à mesure que le piège se referme.

 

A souligner, une intéressante post-face qui précise les adaptations effectuées par l’auteur par rapport au témoignage du pasteur, car il s’agit tout de même bien d’un roman même si l’essentiel des faits est réel.

 

Un roman lu d’une traite qu’on referme avec un frisson.

 

Un autre avis chez Sébastien Fritsch.

 

Jour sans retour, Kressmann Taylor, Livre de Poche, 322 pages.

Partager cet article
Repost0

commentaires

P
Je n'ai lu que "Inconnu à cette adresse", donc je ne peux pas te dire si c'est son meilleur roman. Mais en tout cas, il est très très bon. Et il se lit vite.
Bonnes harlequinades à toi aussi :-)
Répondre
P
J'arrive sur ton blog grâce aux Harlequinades.
Si tu as beaucoup aimé ce livre de Kressmann Taylor, je ne peux que te conseiller vivement la lecture d'"Inconnu à cette adresse".
Et (rien à voir avec ce billet mais avec un plus haut) merci pour le lien vers le billet de Pierre Jourde !
Répondre
D

J'ai beaucoup entendu parler de "inconnu à cette adresse". On dit en effet que c'est son meilleur roman, tu confirmes?

Et sinon, bonnes Harlequinades!


Où Sommes-Nous Donc?

  • : Le blog de didouchka
  • : Partager des bons moments de lecture et de bons petits plats, marier cuisine et littérature...
  • Contact

En passant

04/04 

 

En ce moment, je lis en anglais.

 

L'avantage, c'est qu'en langue étrangère, je lis plus lentement, donc j'en profite plus longtemps!

 

:-)

Recherche

Portrait

Affligé d'une mémoire de poisson rouge et aussi d'un bon coup de fourchette, l'auteur tente par ce blog d'atteindre un double objectif ; garder une trace de ses lectures et répondre à la question quotidienne "qu'est-ce qu'on va bien pouvoir manger ce soir?" Aucun rapport, dites-vous? Effectivement...