Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 septembre 2008 1 22 /09 /septembre /2008 19:49

16 Juillet 1942, la petite Sarah est réveillée un matin par des coups violents contre la porte. C’est la police française qui vient l’arrêter, elle et toute sa famille. Terrorisée, elle enferme son petit frère de 4 ans à clef dans le placard secret de leur chambre en lui promettant de revenir le délivrer plus tard. Mais Sarah et ses parents sont emmenés au Vel d’Hiv’ puis déportés.

Mai 2002, une journaliste américaine mariée à un Français enquête sur la rafle du Vel d’Hiv’. Son enquête lui fait croiser la route de Sarah, et lui révèle du même coup un douloureux secret dissimulé par sa belle-famille depuis soixante ans.

Je garde une impression mitigée de ce livre. L’intrigue est prenante, le style vivant, et j’ai apprécié le dialogue entre le passé et le présent, qui fait progressivement monter la tension. L’une des originalités de ce livre, c’est d’adopter le point de vue d’une américaine sur un sujet qui suscite encore aujourd’hui des polémiques en France ; la rafle du Vel d’Hiv et surtout la participation de la police française aux arrestations.

Mais je regrette un peu l’excès de zèle de l’auteur qui en rajoute souvent dans le larmoyant jusqu’à en faire trop. Ca et là, on trouve des introspections un peu longues, des passages répétitifs, des clichés qui trahissent le souci d’émouvoir à tout prix, de forcer les larmes. Ce qui chez moi provoque l’inverse en général, je décroche. Un peu décevant aussi, le caractère manichéen de plusieurs personnages. Dans la belle-famille française de la narratrice, il y a un peu les « gentils » et les « méchants », ceux qui acceptent de bonne grâce de voir resurgir leur passé, et ceux qui se raidissent, jusqu’à la caricature.

Le récit aurait été plus poignant s’il avait été plus sobre et les personnages plus travaillés.

Ceci dit, ce roman m’aura laissé un souvenir très fort et m’aura tenue en haleine jusqu’au bout. Pari réussi pour un sujet difficile à traiter sous forme de roman à suspense.

D’autres avis, chez Wrath et Caro[line].

Très bonne lecture !

Elle s'appelait Sarah, Tatiana de Rosnay, Livre de Poche, 404 pages

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

S
Très intéressante ton analyse de ce manichéisme que bien peu (dont je fais partie) ont décelé. Sans doute est-ce dû au fait que, profondément touchée par ce drame terrible et la construction originale du livre, j' ai trop laissé de côté ma faculté critique
Répondre

Où Sommes-Nous Donc?

  • : Le blog de didouchka
  • : Partager des bons moments de lecture et de bons petits plats, marier cuisine et littérature...
  • Contact

En passant

04/04 

 

En ce moment, je lis en anglais.

 

L'avantage, c'est qu'en langue étrangère, je lis plus lentement, donc j'en profite plus longtemps!

 

:-)

Recherche

Portrait

Affligé d'une mémoire de poisson rouge et aussi d'un bon coup de fourchette, l'auteur tente par ce blog d'atteindre un double objectif ; garder une trace de ses lectures et répondre à la question quotidienne "qu'est-ce qu'on va bien pouvoir manger ce soir?" Aucun rapport, dites-vous? Effectivement...